Que faire lorsqu’on n’arrive pas à rembourser son crédit ?

Pour une raison ou pour une autre, il se peut des fois qu’on n’arrive pas à rembourser son crédit emprunté à la banque. Il est de ce fait impossible d’honorer les échéances de remboursement de ce dernier. Beaucoup de personnes ne savent pas trop quoi faire dans une situation pareille et ont souvent peur d’être poursuivies en justice par leur banque. Heureusement, il existe certaines solutions pour remédier à ce genre de problème.

 

Opter pour la négociation pour se tirer d’affaire

La première solution à adopter lorsqu’on n’arrive pas à rembourser son crédit est de négocier les délais de paiement avec sa banque. L’idée est donc de recourir à une résolution à l’amiable, mais sérieuse de l’affaire. Ainsi, si la raison de l’éventuel non-respect des échéances de remboursement est une difficulté ponctuelle, il faut faire une demande écrite de l’étalement en deux ou trois fois de celles-ci auprès de sa banque puisqu’il n’y a pas un problème de fond, mais juste une question de quelques jours ou de quelques semaines. Et bien évidemment, il faut impérativement s’engager aussi à régler à temps les mensualités à venir au même moment. Seulement, si on n’est pas encore vraiment sûr de soi, il est déconseillé de tenir un engagement. Par contre, si la difficulté à l’origine du non-paiement du crédit est persistante comme dans le cas d’un chômage, d’un divorce, d’une baisse de ressources ou autres, il est recommandé de demander le rééchelonnement de la durée du prêt sur une période plus allongée à la banque. Il est également possible de renégocier le crédit afin de bénéficier d’une réduction de son taux et non moins un allongement de la durée de remboursement.

 

Que faire alors si la banque refuse la solution à l’amiable ?

Dans certains cas, la banque peut refuser la solution à l’amiable avancée par son client ayant une difficulté à rembourser son crédit et n’accorde donc qu’un délai de paiement insuffisant. Dans cette circonstance, le client peut quand même demander au juge d’instance un délai de grâce et de paiement pouvant aller jusqu’à deux ans. Cependant, il se doit d’exposer au préalable sa réelle situation au juge et c’est seulement après la consultation de cette dernière qu’il prendra la décision finale.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *